16 novembre 2014

La métamorphose de Monsieur Tout-le-Monde


Mon Dieu, presque 4 mois sans bloguer! Et je viens de me rendre compte que je vous avais laissé en plan sur une vision de l'intérieur de mes intestins.

Monsieur Tout-le-Monde est loin d'avoir été ma préoccupation première pendant tous ces changements. Ce n'est pas tant l'acte de bloguer que le personnage lui-même dont je commence à me détacher. 

J'ai créé MTLM il y a plus de 10 ans. C'était mon masque qui exprimait mes aspirations dont je pensais - à raison d'ailleurs - qu'elles risquaient de mettre en danger la vie professionnelle que je m'étais choisie. Et même sous couvert de l'anonymat, la peur me tenaillait si fort que je ne les exprimais que très timidement.

Beaucoup de choses ont bougé ces derniers mois. Professionnellement, je trouve enfin mes marques comme indépendant. Mon réseau s'étend. Mon carnet de commandes se remplit lentement et surement. Et des projets très différents de mes habitude prennent forme. Au niveau du sport, j'ai franchi un nouveau passage. Après 2 ans de réparation de dégâts et de rodage, ma métamorphose profonde a enfin lieu. 

Donc voilà, alors que ma réalité ressemble enfin à mon intérieur, mon masque, mon cher masque que j'aime tant, qui m'a tant apporté, mon masque craque et tombe.

Monsieur Tout-le-Monde perd sa raison d'être et ce blog, dans sa forme actuelle, aussi.

Comprenez-moi bien, j'ai toujours envie de bloguer. Ceux qui me connaissent un peu savent que je poste régulièrement sur Instagram et que j'inonde Twitter et Facebook (perso, Amazon queen, Shock Corridor) de liens et de pensées saugrenus.

Mais je n'ai plus envie de le faire sous cette forme et sous ce nom. Je ne sais pas trop où ça va me mener. Tout ce que je sais, c'est que ce blog-ci est mis en silence pour une durée indéterminée.
Monsieur Tout-le-Monde en pleine tentative d'exhibition de ses nouveaux muscles

18 juillet 2014

Parasite


Suite à un examen médical, j'ai reçu une explication supplémentaire pour mes problèmes de ventre gonflé: en plus de ma dysbiose putride, j'abrite un parasite, un blastocystis humanis qui a pris ces aises dans tout mon tube digestif, plus particulièrement dans mon intestin.

Le blastocystis est du genre dormant, ne devenant actif que lorsque le système immunitaire est affaibli par une autre maladie ou - comme c'est commode - sous un stress important.

Il ne rend pas vraiment malade, mais il sème le chaos dans la digestion, provoquant mauvaise haleine, lenteur, ballonnement, diarrhée, fatigue, mauvaise humeur, etc. qui, en s'additionnant à d'autres symptômes de stress, peuvent devenir légèrement handicapant.

D'une manière générale, un blastocystis bien installé et actif dégrade le métabolisme. Ce qui facilite la prise de poids et, fatalement, rend la perte de poids plus difficile.

Je n'ai aucune preuve pour affirmer qu'il est responsable de mon obésité depuis le début, mais c'est possible: j'aurais très bien pu le contracter très tôt et l'activer à chaque maladie et à chaque crise de stress.

Une chose est sûre, je l'ai vraisemblablement activé par la reprise en main de mon corps. Tout en me fabriquant de jolis muscles, je libère surtout une pleine cargaison de toxines qui assomme mon système immunitaire.

Une fois installé, le blastocystis est très difficile, voire impossible, à déloger. On recommande des traitements antibiotiques: un léger, ou un lourd (genre "passez-moi cet intestin au napalm"), sans garantie de succès.

Mon médecin a d'ailleurs tenté de me convaincre de le laisser là, puisque après tout, il n'est pas si méchant et a peu de chance de s'en aller. Je me suis retenu de lui écraser son écran d'ordinateur sur la tête et je lui ai demandé un traitement immédiat au napalm. Il n'a accepté qu'à la condition qu'on tente le traitement léger d'abord.

Première évaluation dans deux semaines... Et puis on verra.


2 juillet 2014

Jamie Beck d'Ann Street Studio

J'ai découvert la photographe Jamie Beck et son partenaire (...créatif, puis ami et finalement époux) Kevin Burg d'Ann Street Studio lorsqu'ils ont développé les Cinemagraphs, des gifs animé à très haute définition et d'une beauté époustouflante. Leur réputation web avait débordé de la sphère de la mode new-yorkaise pour envahir la celle des geeks amateurs de design.

Un très bel exemple de Cinemagrah © Ann Street Studio
La mode m'est totalement étrangère, pourtant j'ai commencé à suivre son Tumblr qui s'appelait alors From Me to You - un titre bien en accord avec sa générosité. Elle photographe des défilés qui ne m'intéressent pas a priori, mais elle capture exactement ce que j'aime: l'attente, le mouvement, la respiration, l'acte créatif, la passion, la joie avec un style simple et intemporel. J'ai accroché.

Parce que sa vie et son art se confondent, Jamie Beck est devenue une source d'inspiration quotidienne. Regarder ses photos et lire ses interviews m'aident beaucoup dans ma quête actuelle.

Quitter mon travail salarié, répétitif et sur des rails pour m'installer à mon compte avec juste un rêve comme guide n'est vraiment pas une chose facile. Dans les moments de doute, je reviens toujours à ses 30 conseils dont voici une petite sélection:


Have a dream. Follow your dreams.
Failures are not mistakes, only the lessons that give us stories.
GO WITH YOUR GUT. Always, always, always.
“The only thing to fear is fear itself.” That is what I think every time I get a “little nervous”. We don’t know what is about to happen so we can’t live our lives as if we do.
Do what you love for a living so you can love what you do. It’s the only time we’ve got, might as well spend it as well as possible.
DON’T HAVE A BACKUP PLAN.

Jamie Beck: Ann Street Studio - Tumblr - Instagram - Twitter - Vimeo - Facebook

30 juin 2014

Je ne blogue pas beaucoup pour le moment...

Je ne blogue pas beaucoup pour le moment  mais ce n'est pas un mauvais signe. Au contraire, beaucoup de choses positives se passent pendant ce silence:
  • professionnellement, j'ai refait un virage dramatique mais qui me permet de reprendre mon agenda en main à partir du 31 juillet.
  • au niveau sport, je ne me reconnais plus. Mon dynamisme part en flèche. Mon corps commence à changer de façon radicale: bras et jambes sèchent et se profilent. La didine reste, mais bon, il paraît que ça part en dernier.
Je suis impatient d'utiliser toutes cette énergie dans un agenda plus dégagé. La reprise du dessin est imminente et accompagnera un projet professionnel affiné.

Je ne suis pas totalement absent du web. Instagram est mon lieu de survie en cette période de chaos. Allez-y faire un tour, abonnez-vous, et vous verrez régulièrement passer des fragments de ma vie, des muscles et des #totoros.

2 mai 2014

Sport: le plancher de verre


Après avoir atteint le combo poids/graisse de 82kg/22%, je suis reparti à la hausse.

J'ai découvert à ma grande surprise que l'effort et la douleur étaient assez facile à gérer. Régulièrement je rends mes exercices plus difficiles (plus lourds, plus nombreux, plus longtemps), et j'ai fait de la sensation de brûlure une véritable amie. C'est elle qui m'indique où et quand je façonne efficacement mes muscles. Avant, je la fuyais, maintenant je la recherche et je l'entretiens.

J'ai aussi découvert que le plus difficile était la gestion du plateau. Ce moment où malgré tous les efforts, tous les progrès sont à l'arrêt; et s'il dure trop longtemps, ils s'érodent. Mon plateau inférieur, ce plancher de verre sur lequel je rebondis si souvent n'est pas provoqué par les limites de mon coeur ou de mes muscles, mais par mon colon qui s'arrête, accumule et gonfle comme il l'a toujours fait.

Je pensais devoir gérer ma prise de protéine, mon rythme cardiaque, ma souplesse ou mon moral. En fait, ces derniers jours, je suis essentiellement préoccupé par ma tuyauterie que je dégage à coup de tisanes. L'effet est... yoyotant et parfois un peu embarrassant socialement. Mais bon, si je veux voir mon taux de graisse passer sous la barre des 20%, il faut bien prendre les mesures appropriées.

Cela dit, même en plein plateau et le moral assez bas, je ne résiste pas au plaisir de publier des #selfies #torsepoil sur mon instagram: j'arrive au point où le corps commence vraiment à s'affiner.

8 avril 2014

Pasta alla norma

J'ai découvert les pasta alla norma lors de mon road trip en Sicile. C'est une recette locale. Très simple en apparence, elle a mis longtemps à rejoindre ma routine culinaire car je ne trouvais jamais un ingrédient, unique mais indispensable à la qualité de l'expérience: la ricotta "solide" à raper.

Aucun fromager bruxellois n'a pu m'en fournir, ni me dire comment la préparer. Certains m'ont même dit que "ça n'existe pas et on vous a fait une blague". Trop marqué par le goût sicilien si particulier, j'ai toujours refusé de me rabattre sur du parmesan ou du pecorino (bien que ce dernier soit accepté par les puristes).

Forcé par notre changement d'alimentation à trouver des recettes de pâtes légères, délicieuses sans viande ni excès de gras, j'ai relancé ma quête, mais cette fois sur l'Internet, ce service secret merveilleux qui montre des textes et des images sur mon écran, et qui parle parfois.

Internet a parlé: la ricotta "solide" est en fait de la ricotta al forno, desséchée au four, très simple à préparer et à conserver.

Mais bon, laissons là cette trop longue introduction et consacrons-nous au plus important: les recettes! J'en ai trouvées beaucoup, mais celles que j'ai suivies et partiellement repompées sont ici et ici.

Ricotta al forno (à préparer à l'avance): ricotta - fleur de sel - huile d'olive
  • Démouler la ricotta et laisser le liquide couler plusieurs minutes.
  • Préchauffer le four à 150°C.
  • Assaisonner la ricotta avec un peu de fleur de sel et d'huile d'olive parfumée à ce que vous voulez (le goût se conserve).
  • Poser sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
  • Cuire doucement pendant au moins 1h30 (je pousse jusque 3h00). La ricotta doit dorer et devenir ferme (elle se déshydrate).
  • Conserver au frigo pour la raffermir.
  • Raper.
Pasta alla norma pour 2 personnes: 200 g de spaghetti - 350 g de tomates en boîte concassées ou des fraîches, bien mûres, ou 35cl de pasata - 1 aubergine moyenne violette et longue - 1/2 gousse d'ail, basilic frais, sel, poivre, huile d'olive - ricotta al forno rapée

  • Laver et couper l'aubergine en fines tranches.
  • Les poser sur un égouttoir les unes sur les autres et les saler avec du gros sel. Poser un poids dessus. Laisser dégorger 30 minutes. Cette étape va permettre de leur faire perdre la petite note amère et de les déshydrater un peu. Rincer les aubergines et les sécher avec soin.
  • Chauffer de l'huile d'olive dans une poêle pour le friture (hauteur d'un doigt). Y plonger quelques tranches d'aubergines et faire dorer des deux côté. Les poser sur du papier absorbant. Procéder de même avec le reste d'aubergine.
  • Porter à ébullition de l'eau dans une grande casserole.
  • Pendant ce temps, faire rissoler l'ail coupé en deux, dans 1 cuiller à soupe d'huile d'olive. Ajouter la pulpe de tomate et 5 feuilles de basilic ciselées. Saler et faire mijoter un quart d'heure environ. Eteindre et ajouter la moitié des aubergines coupées en morceaux et poivrer.
  • Plonger les pâtes dans l'eau bouillante et les cuire le temps indiqué sur le paquet. Les égoutter et assaisonner de suite avec la sauce tomate. 
  • Servir avec le reste de chips d'aubergines, un peu d'huile d'olive, des feuilles de basilic et de la ricotta rapée.
Remarques
  • C'est une recette très simple à faire et il ne faut pas essayer de la surcharger avec des fioritures: chaque ingrédient libère pleinement son goût et la combinaison en bouche est explosive.
  • N'oubliez pas de bien égoutter les aubergines après passage dans l'huile. Vous ne voulez pas noyer complètement votre plat dans le gras. Il est restera un peu, juste ce qu'il faut.
  • Depuis que nous avons éliminé le gluten, nous ne prenons plus des pâtes de blé, mais d'épeautre. Les pâtes d'épeautre sont absolument délicieuses: elles s'imprègnent jusqu'au coeur des parfums qui l'entourent. Idéal pour cette recette.
Et si vous voulez voir des variantes de présentation, il y a toujours la recherche d'images Google!

7 avril 2014

Sport: journal d'une métamorphose


Ces derniers jours ont été marqué par un changement radical dans mon entrainement: mes séances sont essentiellement constituées de body pump. Je n'utilise plus le vélo que pour la récupération ou la transition entre 2 journées à plein régime.

Ce changement ne se fait pas sans mal et j'avoue qu'il y a des jours où je me demande si je ne suis pas un peu dingue. A 44 ans, je m'impose les sensations de mon adolescence honnie, celles d'un corps qui change douloureusement sans jamais trouver son équilibre.

Je me force à garder un bon moral. La méditation aide, ainsi que la lecture de Spirit of the Dancing Warrior. Mais je vais vous avouer que je pense tous les jours à tout envoyer paître... J'imagine que ce conflit intérieur fait partie de l'entraînement.

Je me suis dit qu'un journal plus régulier aiderait à maintenir le cap. Donc voici la livraison de mes impressions de la semaine avec les plus, les moins, et les impressions mitigées...

Les moins

Je suis épuisé et je dors mal. La nuit je sombre dans le néant et je cauchemarde. Le matin j'ai une migraine apocalyptique et je suis à peine reposé. Je ne sais pas si c'est seulement dû à l'exercice physique où aussi un peu à ma recherche d'emploi qui traîne. Il faut un treuil pour me sortir du lit, j'ai la sensation d'être plus rouillé que jamais et il me faut 30 minutes debout pour m'en débarrasser.

Le cardio intense me donne des décharges électriques dans la poitrine qui coupent ma respiration brusquement, surtout pendant les exercices de biceps, triceps et épaules qui du coup évoluent lentement et péniblement.

La brûlure des muscles du dos et des épaules me donnent des migraines, des vertiges et une légère tendance à la dépression.

Mon tube digestif est en service minimum. Je veux un ventre plat, il s'obstine à ballonner.

Les mitigées

Je suis beaucoup plus puissant et endurant mais... la machine a plus de difficulté à se mettre en route. J'ai besoin de longs échauffements et je m'adapte mal changements de rythme. J'en ai fait l'expérience en ville à vélo, où je me suis surpris à renoncer à grimper la rue du Lombard et le Sablon qui ne sont pas si difficiles que ça: le moteur ne démarrait tout simplement pas.

Je ne suis pas loin d'avoir décoincé définitivement ma nuque - un de mes plus gros handicaps - mais... je n'arrive pas à trouver une nouvelle posture équilibrée pour répartir l'effort dans le haut du corps. J'ai dû diminuer mes poids de moitié pour tenir le coup pendant les exercices de biceps, triceps et épaules et j'arrive à peine à les exécuter.

La tension musculaire de mon bassin et de mes cuisses a changé (je deviens le champion des squats!). Je répartis mieux la charge et je parviens même à rester souple pendant l'effort sans trembler mais... les petites déchirures d'effort, nécessaires à la re-construction de muscles plus puissants, sont très désagréables lorsqu'elles touchent le plancher pelvien.

La tension musculaire générale reste quelques heures après l'entrainement et me donne réellement une silhouette différente mais... elle disparaît totalement si je n'ai pas fait d'exercice sérieux pendant 2 jours. La peau, qui n'est plus tendue par le gras, et n'est pas encore tendu par la masse musculaire naissante, pendouille de façon disgrâcieuse.

Mon poids se maintient sans effort à un niveau idéal, 83kg, mais... mon pourcentage de graisse reste désespérément à 23%. Il devrait descendre.

Les plus

Mon corps change VRAIMENT: mes pectoraux et mes bras prennent doucement forme et volume; mes abdominaux commencent à se tendre et à me soutenir (enfin). Et ils marquent sur les côtés. Pour l'avant, il faudra attendre de faire fondre le paquet de saindoux qui garnit mon nombril. Mais bon ça ne se voit pas trop quand je me fends d'un #selfie #torsepoil avec #totoro.

28 mars 2014

Pitichompignon - le making-of

J'ai eu la faiblesse un jour de confesser à celle que j'aime un des plaisirs coupables de ma petite enfance: reproduire la danse des champignons de Fantasia, plus particulièrement celle du plus petit. Depuis "la danse du pitichompignon" est devenu un de nos running gags que je vous laisse imaginer (non, inutile de demander, pas d'imitation en public).

Le Pitichompignon m'a inspiré la carte d'anniversaire de celle que j'aime. Vous avez peut-être vu passer la photo sur le compte Instagram @leroseetlenoir auquel vous êtes certainement déjà abonnés. Sinon faites-le maintenant, là, tout de suite, pouf.

En voici le making-of:

Le croquis est venu tout seul, ce qui ne m'est quasiment jamais arrivé
J'ai suivi la règle des mangas à l'ancienne: d'abord détourer avec un gros trait.
Une étape aussi inutile que fréquente
Le résultat final avant la découpe

Pour ceux qui ne l'ont jamais vue, voici la vraie danse du pitichompignon dans Fantasia.

 

26 mars 2014

PostSecret

Si vous ne connaissez pas PostSecret (qui tourne depuis 2005, ce serait vraiment dommage), je vous invite à suivre cet excellent projet de mail art où l'on peut envoyer ses confidences sur carte postale fabriquée à la main.

Personnellement, je l'ai découvert en 2009 sur la recommendation de Celle que j'aime, et je n'ai jamais raté un update dominical depuis. J'avoue que j'ai d'abord suivi par voyeurisme et j'ai pas mal ricané. Avec le temps, j'ai appris à regarder ces secrets, dont certains sont tragiques, avec compassion et sans jugement. C'est un très bon remède contre le stress et un rappel permanent qu'un monde meilleur est possible.

Cette vidéo met en forme quelques secrets de façon ludique.



La conférence TED de Frank Warren, le créateur du site, est très intéressante.

25 mars 2014

Satine Phoenix

Bon d'accord, j'ai d'abord suivi ses exploits sur sur youporn, notamment ses apparitions remarquables dans les films lesbiens de Nica Noëlle. Puis je me suis attaché à la personne en suivant son blog et sa reconversion progressive dans le graphisme.

Aujourd'hui donc, Satine Phoenix dessine fort bien et enchaîne séances endiablées de jeu de rôle et de jeu de plateau. De temps en temps, elle rappelle qu'elle n'est pas frileuse, comme dans cette vidéo qui détaille son tatouage ou comme dans cette séance de photo en hommage aux 40 ans de Dungeons & Dragons dont elle est une fervente adepte.


Si vous ne connaissez pas, allez faire un tour sur la série web I Hit With My Axe où elle joue à D&D avec quelques camarades pornstars et stripteaseuses, et NON elles ne font pas semblant. Elles s'y connaissent et elles aiment ça.

Pendant 10 ans j'ai animé un groupe de jeu de rôle nettement plus testostéroné que celui-là et parfois je me dis que je suis passé à côté de quelque chose.

Satine Phoenix: blog - burningquill -  instagram - twitter

24 mars 2014

Spirit of the Dancing Warrior - un an de lecture


J'ai découvert l'existence de Spirit of the Dancing Warrior il y a plusieurs années, lorsque ma psy m'a envoyé cet extrait après une séance de remise en question assez intense. Comme souvent, j'ai lu, j'ai repris quelques mots dans mon vocabulaire tout en laissant la substance profonde au placard et j'ai laissé tomber.

Lorsque je me suis enfin décidé à reprendre le sport - un des avatars de mon désir de refaçonner complètement ma vie - le titre m'est revenu en tête. Plus que d'haltères ou de vélo, j'avais avant tout besoin d'un bon état d'esprit pour me dépasser en permanence.

Mes plus grands blocages sont la compétition et le jugement. Je les ai toujours fuis et pas seulement lorsqu'ils me sont défavorables (je suis carrément gêné pour les autres quand ils me sont favorables). Je suis effaré lorsque je vois mes contemporains les utiliser pour décoder leur existence comme on le fait dans le bac à sable. J'évite tous les sites et les publications de fitness qui les utilisent comme outils de motivation, soit 99% d'entre eux.

L'extrait m'avait séduit par son approche non-compétitive de l'exploit, et de la vie en général, hérité de la philosophie orientale. Le reste du livre est du même cru.

L'originalité de Dancing Warrior est d'annoncer immédiatement qu'il ne sera pas lu en une seule fois, mais en 1 an, un chapitre associé à une vertu par semaine. Pour chacune des 52 vertus, il est recommandé de pratiquer 4 actions: méditation, visualisation, déclaration et réflexion. J'ai ajouté ce travail à ma pratique quotidienne de la méditation pilotée par Headspace.

Je suis à la troisième semaine - j'ai exploré "vide", "gratitude" et "engagement" - et je peux déjà dire ceci: Spirit of the Dancing Warrior fait partie des livres les plus puissamment inspirants que j'aie lus et je lui dois la régularité et l'efficacité de mon parcours sportif.

Plus d'info sur l'auteur Jerry Lynch et son travail sont disponibles sur son site officiel.

21 mars 2014

Sport: tension musculaire et #selfie torsepoil

Jusqu'à présent, j'ai fait du sport essentiellement pour perdre du poids, du volume et du gras. C'est partiellement gagné. Le poids est passé de 95kg à 83 stable. J'ai perdu 2 tailles de hanche et je ne dois plus porter un pantalon de yoga de femme enceinte. Le gras diminue, mais pas assez, ni là où j'ai envie: mes bras et mes épaules dégonflent pendant qu'un coussinet disgrâcieux s'accroche à la peau du bide comme une moule entêtée à un brise-lames d'Ostende. 

Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point il est facile de se faire transpirer sans vraiment engager les muscles. Le cardio est très pratique pour ça. Mais il est clair que ce n'est pas assez pour transformer le gras profond en muscle. Il était donc temps pour moi de passer aux choses sérieuses.

Je vais vous dire un secret: malgré mon châssis de Robocop, je n'ai aucune force dans les épaules, les bras, le dos et les abdominaux. Donc avant de me lancer dans les travaux lourds (grosses machines, gros poids), j'ai décidé d'un programme intermédiaire destiné à remettre un minimum de tension persistante dans ces muscles inexistants:

  • Cycling intense 
    Jusqu'à présent, j'ai fait du cycling (ou spinning ou RPM, appelez ça comme vous voulez) uniquement pour le cardio. J'y ai rajouté de l'engagement musculaire en... reculant ma selle. Ca n'a lair de rien mais ça m'impose de contrôler ma posture en compressant les abdos pendant toute la séance d'une heure. Et puis aussi, j'ai la main un peu plus lourde sur la résistance...
  • Bodypump
    Imaginez un vieillard de 43 ans dans une salle remplie de génération-Y, essentiellement de femmes. Imaginez-le charger timidement sa barre pendant les autres mettent le double ou le triple. Imaginez-le faire ses mouvement avec un temps de retard et s'arrêter régulièrement la main sur le coeur pendant que les autres sont à l'aise comme sur une piste de danse. Imaginez le HS pour les 5 jours qui suivent la séance. Oui, le prix à payer est lourd pour l'ego du mâle quadragénaire. Mais les premiers effets visibles sur le corps le font vite oublier.

Les muscles ont commencé à marquer et le gras à partir. Je vous mentirais si je niais que ma vanité en est flattée. J'ai d'ailleurs succombé à la tentation du #selfie torsepoil sur Instagram. Et d'autres devraient suivre...

L'ancêtre du bodypump: le Gymnasticon (fin 18ème siècle) - via Retronaut



17 mars 2014

Comment photographier les femmes à poil #NSFW

Oui je sais le titre ne fait pas très malin, mais je ne peux pas m'en empêcher. Je suis tombé sur cette vidéo de DigitalRev TV que je suis pour ses excellents conseils sur la photo numérique. Les présentateurs sont des gugusses, mais le contenu est très instructif et pertinent.

Je me suis dit qu'un petit coup d'oeil ne pouvait pas faire de mal... C'est bientôt le printemps. Mon appareil photo a des démangeaisons....

14 mars 2014

Gun Crazy


Je n'ai jamais vu Gun Crazy, un classique du film noir dont une photo se retrouve dans quasiment tous mes bouquins consacré au genre. Celle des amants criminels en crise. Elle fonce arme au poing, il la retient tout en essayant de conserver le magot de leur dernier cambriolage.

Le film de Joseph H Levis est célèbre pour ses exploits techniques (ses plans-séquences et ses extérieurs pris sur le vif), l'amour fou des ses anti-héros et son énergie érotique à peine cachée par la symbolique des armes.

Sachant que le film a été réalisé en 1950, on se demande encore comment il a pu passer le code Hays et arriver dans une salle.

Gun Crazy est une inspiration majeure de la Nouvelle Vague française (A Bout de Souffle, La Sirène du Mississipi) et américaine (Bonnie & Clyde, Badlands).

Je ne comprends pas comment je suis toujours passé à côté.

La réapparition de la photo sur la page Decaying Hollywood Mansion m'a immédiatement donné envie de la dessiner et m'a rappelé de mettre la main sur le film.

Le crayonné (dont vous avez pu suivre les étapes sur Instagram) était plus engageant que le résultat final. Encore que... Selon le moment où je regarde mon dessin, je lui trouve une beauté brute ou il me fait mal aux yeux. J'ai jeté les ombres au pinceau à l'instinct. Si les contours laissent à désirer, je suis au moins content de ces petites impros qui me font penser aux accidents de calligraphie zen.

Je n'ai malheureusement pas retrouvé l'extrait dont est tiré la photo. Par contre, j'ai trouvé le célèbre plan-séquence du cambriolage filmé depuis la voiture.

13 mars 2014

Heartmath: le chaos

Mon expérience de cohérence cardiaque avec Heartmath est très frustrante. Comme toutes les applications de fitness/santé, elle fait un graphique de l'évolution des performances dans le temps. Ce qui met très bien évidence que:
  • pour le moment, ma cohérence cardiaque ne va pas
  • toutes les tentatives d'amélioration échouent
D'un jour à l'autre, sur une échelle de 1,0 à 10,0, je m'attends à voir ma moyenne augmenter graduellement à partir de 4,0. Or ce n'est pas du tout ça qui se passe. Si mes maximums augmentent régulièrement, mes minimums se creusent tout autant. Un record de 5,2 est aussitôt douché par gadin de 1,9.

une moyenne désespérément chaotique
J'ai essayé diverses techniques de respiration, des postures différentes et de nouvelles visualisations: échec. La seule décision qui a apporté une légère amélioration est celle de couper le son de l'application: j'ai découverte que le petit gong bemol marquant une baisse de cohérence dans la zone moyenne provoquait une crise de colère aussi puissante qu'invisible qui m'envoyait dans le rouge immédiatement sans espoir d'en sortir.

Le fait que mon coeur ait tendance à paniquer n'est pas inconnu pour moi. Lors de mon burn-out (oui, j'ai eu un burn-out), on avait découvert que mon coeur passait de 80 battements/minutes à 140 sur une simple sonnerie du téléphone. 11 ans après, mon coeur continue à faire n'importe quoi alors que je n'ai plus de raison de stresser.

Dans ma tête comme dans ma poitrine, c'est encore le chaos.

C'est un moment très difficile à négocier parce que la petite voix dépressive de l'abandon murmure dans mon crâne. Il me faut des progrès pour la faire taire.

27 février 2014

Femme à poil: un métier (homme à poil aussi d'ailleurs) #NSFW

L'Adult Performer Advocacy Committee regroupe une quinzaine de grands noms de l'industrie pornographique américaine. Son but est d'établir et de maintenir les standards d'hygiène, de légalité et de sécurité dans la profession afin de la rendre aussi respectable que n'importe quelle autre. Cela alors qu'elle est encore régulièrement minée par des exploitants peu scrupuleux et attaquée par des conservateurs féroces.

Dans cette vidéo Porn 101, bien qu'ils n'arrivent pas se séparer de leur posture ironique habituelle, James Deen, Stoya et les autres déploient tous leurs efforts pédagogiques dans cette vidéo d'un quart d'heure dont plus de la moitié est consacrée à la santé. C'est si bien fait que c'en est touchant.

Même si vous n'avez pas l'intention d'entamer une carrière de femme ou d'homme à poil aux USA, il y a de très bon conseils à prendre pour votre quotidien.



via Violet Blue

26 février 2014

L'esprit de Guillermo Del Toro, le corps d'Arnold Schwarzenegger et l'histoire du montage



L'esprit de Guillermo Del Toro

En 1993, Guillermo Del Toro se faisait connaître avec Cronos, un conte pour enfants macabre où un vieillard mordu par un bijou mécanique se changeait progressivement en vampire sous le regard compatissant de son petit-fils. Aujourd'hui, il réalise des gros actioners bourrins. Si je continue à admirer GDT malgré ce changement manifeste de standards, c'est parce que je retrouve toujours des traces de son esprit d'origine dans toutes ses productions. Oui, même dans Pacific Rim.
Photo via 9filmFrames

La grâce d'Arnold Schwarzenegger


A ses débuts, Arnold Schwarzenegger a participé au docufiction Pumping Iron racontant les rivalités du concours M. Universe. Il y faisait notamment un tour dans une école de ballet new-yorkaise. A la même époque, il posait nu pour le photographe Robert Mapplethorpe. On dira ce qu'on voudra sur sa carrière hollywoodienne et sur ses choix politiques, on ne lui retirera jamais le talent remarquable avec lequel il développait et utilisait son corps. Plus de photos chez Retronaut.

L'histoire du montage par FilmmakerIQ

Je me dis que je suis né trop tôt. Lorsque je me suis inscrit pour cher dans une école de cinéma au début des années 90, il fallait suivre 10 heures de cours en auditoire pour apprendre la théorie du montage en prenant garde de ne pas tomber pour les biais idéologiques des profs.

Maintenant, tout cela est disponible sur internet, gratuit, correctement documenté, objectivé et ça prend 30 minutes seulement.

Voici donc l'histoire et la théorie du montage au cinéma raconté par John P Hess, 1.000 fois plus pertinent que tout ce qu'on a pu me dire dans l'auditoire à l'époque.

 


The History of Cutting - The Soviet Theory of Montage from FilmmakerIQ.com on Vimeo.

John P Hess et son équipe de FilmmakerIQ font un travail remarquable de pédagogie sur le cinéma, tant au niveau historique que théorique. Et si on combine cette connaissance avec les capacités immenses de l'imagerie numérique à bon marché, on a la meilleure pépinière de futurs cinéastes du monde.

25 février 2014

Sport: première épreuve de force


Comme promis lors de mes résolutions 2014, j'ai modifié mon programme d'entraînement afin changer ma composition corporelle.

Première étape: l'activation des groupes musculaires supérieurs. Les outils: les cours de "core express" (zone abdominale) et de Body Pump (tout le reste).

Premier bilan: une catastrophe, mais c'était prévu.

Le "core express" de 30 minutes m'a rappelé qu'il y a bien des muscles abdominaux (ils font mal), mais ils ne servent à rien (contractés à fond, il n'exercent aucune action sur le corps). Et j'ai mis deux jours à m'en remettre.

Le Body Pump m'a rappelé que je n'avais rien dans les bras, m'a paralysé les cuisses et m'a laissé HS pendant 5 jours grâce à un début d'inflammation combiné à une grippe qui passait par là.

Le gain de tension des abdominaux compresse mon ventre gonflé et sème la panique dans la digestion.

La tentation de déjà abandonner est très grande.

Pourtant je dois insister et tenir. Jongler entre les jours sans exercice (1-2/semaine), le cycling (2-3/semaine que je maîtrise bien et sans dommage) et le yoga (1/semaine) pour me relaxer entre ces deux cours que je vais répéter une fois toutes les semaines.

Il faudra bien qu'un jour, je parvienne vraiment à sortir ma musculature de son mode de survie permanent où elle s'était réfugiée ces dernières années. Quitte à me massacrer un petit peu.

17 février 2014

Un plan media pour Monsieur Tout-le-Monde

Mon récent changement de statut professionnel m'a amené à réfléchir sur ma présence sur le web. Pour mon nouveau métier de consultant IT, j'ai décidé d'avoir une présence bien organisée sur les réseaux sociaux. C'est d'autant plus nécessaire que j'ai intégré consultance en content management aux compétences que je souhaite mettre en avant.

En dessinant mon "plan media" pro, j'ai réveillé un immense conflit intérieur. D'un côté, il y a une aspiration à la régularité, la clarté et la simplicité. De l'autre, il y a mon expérience réelle de Monsieur Tout-le-Monde, dont la présence est un véritable fouillis dont il ne ressort qu'une impression: MTLM cause beaucoup, dessine/écrit très peu et peu de gens le savent.

J'ai peut-être plusieurs personnages sur internet mais je suis bien une personne unique (un peu dissociée mais c'est une autre histoire). Je ne suis pas parvenu à vivre sereinement cette contradiction totale et surtout, je ne me suis pas vu donner des conseils avec un si mauvais exemple attaché à ma propre personne.

Que je le veuille ou non,  Monsieur Tout-le-Monde fait partie de ma vitrine professionnelle.  J'ai donc décidé de faire ma première consultance en content management sur lui. 

Le piège des réseaux sociaux s'est refermé lentement.

Mon aventure sur le web a commencé il y a plus de 10 ans, lorsqu'il suffisait d'avoir un blog alimenté régulièrement pour être capturé par les moteurs de recherche. Les réseaux sociaux sont venus compliquer tout ça. Pour être lu, il fallait y être. Mais lesquels? Et Pourquoi? J'ai empilé les comptes et je crois avoir suivi le même raisonnement que beaucoup de monde: tous les mêmes contenus partout.

Mais ce n'était pas aussi simple, chaque réseau a sa spécificité aussi bien dans la technique, la gestion du temps que le type de contenu. Donc faire tourner les réseaux sociaux est vite devenu une usine à gaz chronophage et inefficace, à peine rationalisée par quelques automatismes. En plus, la tentation de lire le contenu des autres s'est transformée en invitation à la procrastination - alors que je trimbale déjà une tendance lourde depuis mon enfance.

Statistiques et motivation

Les stats de ma page Facebook et de mon blog ont parlé. Les contenus reliés rapportent soit très peu de visites et ne valent pas le temps investi, soit trop de visites et prennent trop de temps à suivre. De plus, elles noient complètement mon contenu personnel basé sur le dessin qui du coup génère peu d'interactions. Peu de retour génère peu d'entrain à poursuivre.

Aligner les contenus est une fausse bonne idée

Chaque canal de diffusion a ses spécificités: twitter gère frénétiquement l'immédiat, Facebook est à cheval entre l'immédiat et le durable, Google+ est plus dans le durable, Tumblr fonctionne plus comme un écoulement d'égout un flux constant de pensées, Instagram est visuel, strictement visuel, et limité par son cadrage etc... Leur syntaxe, leurs interactions, leurs publics sont différents. L'expérience a toujours entretenu le sentiment diffus les canaux ne généraient pas les interactions escomptées, quels que soient les agrégateurs et les automatismes utilisés. Un article récent de Melle Funambuline consacré à Instagram a très bien énoncé le problème.
L'étape suivante vous propose de partager votre photo sur d'autres réseaux simultanément à votre publication sur Instagram. Je déconseille vivement cet usage. D'abord parce que la légende de votre photo ne sera pas sur Instagram dans le même langage/avec les mêmes codes que sur twitter,facebook, foursquare ou ailleurs. Ensuite parce que vous allez utiliser des # qui n'ont d'intérêt que sur Instagram. Publiez votre photo sur Instagram. Puis copiez le lien de publication et partagez-la sur d'autres réseaux, si vous en avez envie, mais ne partagez pas le même contenu de la même manière sur des réseaux différents.
Mélanger les contenus des autres est une excuse pour ne pas en produire

J'ai longtemps pensé que montrer la création et son inspiration était la même chose et que révéler un making of était aussi bon que livrer un produit fini. Je me suis trompé. Je me suis enfermé dans une préparation permanente qui fait beaucoup de bruit, mais produit très peu.

Ce genre de rationalisation de l'inaction est très bien décrite par Seth Godin qui a écrit des dizaines de posts de blog sur the fear of shipping. Il était temps que je m'en débarrasse pour me mettre effectivement au boulot.

Comment préparer le plan media

Le plan media est destiné à identifier mes activités web quelles qu'elles soient et les réorganiser pour favoriser la création.

Le plan a été établi comme suit:
  1. Séparer les agrégateurs de contenu, les outils de création de contenu et les canaux de diffusion.
  2. Définir les spécificités des canaux de diffusion (en gros: pour qui? quand? quelle fréquence? contenu original ou relié? type de contenu? but du canal?) et choisir les plus appropriés pour mettre en avant la création.
95% de la représentation de l'interaction entre agrégateurs, contenu et canaux

Les conclusions du plan media
  1. Mes blogs (dessin) et Instagram (photo) sont mes lieux de création privilégiés et reliés tels quels sur le canal le plus efficace du moment: la page Monsieur Tout-le-Monde sur Facebook.
  2. Je relierai beaucoup moins d'articles divers extérieurs, par contre je les utiliserai pour créer des posts sur mon blog avec une obligation de réflexion sur le contenu et de création d'un dessin original.
  3. La recherche d'inspiration (forme polie pour désigner la procrastination) est canalisée en différentes marques (#MTLM #NSFW sur tumblr pour les femmes à poil, Amazon Queen from Kaiju Island sur Facebook pour l'inspiration cinéma bis/rétrofutur/erotica, Shock Corridor sur Facebook pour les réflexions politiques).
  4. Chaque marque ne peut recevoir qu'un temps limité d'attention dont la somme sera toujours inférieure au temps de création et peut disparaître en cas de faible retour.
  5. Twitter diffuse tous les contenus de blog créés personnellement et quelques autres contenus choisis au cas par cas (ex Instagram ne sera plus relayé obligatoirement).
Ceci devrait refocaliser mon attention sur ma création et la mettre mieux en valeur. Maintenant, c'est à vous de choisir où vous voulez me suivre.

10 février 2014

The Unknown


Je serais incapable de dire d'où sort ce personnage. Mais lorsqu'il est apparu sur la page Facebook Atomic Samba (catastrophe chronophage qui bombarde mon mur de rétrofutur et d'absurdités monstrueuses), j'ai SU que je DEVAIS immédiatement le dessiner.

J'ai donc laissé tomber ma planche en cours et je me suis attelé à la tâche. Je me demande pourquoi je dessine aussi lentement. A tout casser ce croquis m'a pris une demi-heure, mais j'ai dû me battre chaque minute pour maintenir mon attention. C'est très bizarre de toujours se détourner mécaniquement de ce qu'on désire profondément faire sans parvenir à le contrôler.

J'ai retrouvé la trace de la photo sur Kanegon-Rock, ce qui suppose qu'elle sort d'une série nipponne quelconque des années '70 dont je regrette vraiment de ne l'avoir jamais vue.

6 février 2014

Heartmath: images positives

Je ne voulais pas y croire mais j'ai bien dû accepter la réalité: focaliser son attention sur des images apaisantes liées des souvenirs heureux augmente la cohérence cardiaque.

Jusqu'à présent, je refusais de visualiser. J'étais bloqué par un souvenir persistant de mon enfance: dans un épisode de L'Homme qui Valait 3 Milliards, Steve Austin était confronté à un adepte de la méditation capable de contrôler son coeur jusqu'à l'arrêter qui invoquait toujours l'image du "lac sans vague" vu dans l'Himalaya. Lors de mes tentatives précédentes de visualisation, cette phrase "je suis devant le lac sans vague", gonflée par un effet d'écho et la musique seventies, venait toujours me parasiter et je finissais par pouffer de rire et par embrayer sur les aventures de l'homme bionique, son générique, le bruitage couillon de ses exploits au ralenti, son combat contre le bigfoot et sa moustache (pourquoi diable a-t-il eu une moustache pendant une saison?).

Enervé par mon incapacité à maintenir ma cohérence par le seul contrôle respiratoire pendant plus de deux minutes, j'ai pourtant dû trouver un moyen pour court-circuiter Steve Austin le moustachu et faire fonctionner la visualisation. Puisque ce "lac sans vague" voulait tellement prendre toute la place dans mon inconscient, j'ai fini par l'accepter sans le juger, sans rire, jusqu'à ce que le son ridicule s'estompe naturellement. Puis j'ai contemplé le fameux lac au pied de la montagne. Et... bingo!

Je suis retombé sur un motif graphique récurrent dans mes dessins et dans mes photos. J'ai cherché une photo prise en Suisse en 2011 que j'aime qualifier de "moment parfait" où le sentiment du moment et le décor sont alignés.


Lors de la séance suivante, les yeux fermés, lorsque je sentais que ma cohérence piquait du nez, j'ai expiré lentement et dans l'inspiration suivante, j'ai imaginé l'image devant moi, au niveau du front. Ma cohérence est repartie en flèche.

Je voulais bien être sûr de mon coup, et j'ai multiplié la visualisation de "mon-lac-sans-vague-à-moi" lors de toutes les séances suivantes et ça fonctionnait parfaitement.

à 13 minutes, un très bel exemple de l'effet du lac sans vague
Pour éviter la lassitude, j'ai refait le tour de toutes mes photos suisses et extrait les meilleures de lacs ou de montagnes, et j'ai revisité les comptes instagram de mes fournisseuses préférées d'imagerie helvétique (Funambuline et Baadpops) que je remercie au passage car grâce à elles, je développe un cohérence cardiaque de plus en plus régulière.




PS: pour vous pourrir votre moment parfait, voici un extrait de l'Homme qui Valait 3 Milliards


4 février 2014

Krysta Kaos #NSFW



Cela fait toujours plaisir de voir Krysta Kaos, modèle alternative dont je viens seulement de découvrir qu'elle était aussi photographe.


Krysta Kaos: site officiel - twitter - model mayhem - tumblr (modèle) - tumblr (photographe) - instagram

28 janvier 2014

Agent Provocateur par Mike Figgis #NSFW


Mike Figgis est un de mes réalisateurs préférés. Issu du théâtre expérimental et peu soucieux de se maintenir indéfiniment au sommet du box office, il a eu quelques années glorieuses et oscarisées à Hollywood (Leaving Las Vegas en 1996) puis est passé à autre chose sans rien compromettre.

Ce n'étaient pas les seules qualités appréciables, mais j'aimais ses ambiances érotiques troubles faites d'un mélange, de murmures, de flou et de clair-obscur qu'aucun code de production mainstream ne pouvait atténuer. Liebestraum a imprimé profondément sa marque dans mon imaginaire fantasmatique.

Récemment, il a réalisé un court-métrage pour Agent Provocateur, hommage au cinéma érotique français des années '70: tied up at the office. Oui, littéralement.

27 janvier 2014

Heartmath: exercices quotidiens de cohérence cardiaque



Depuis que j'ai acheté mon connecteur Heartmath et téléchargé l'appli Inner Balance, je ne décroche plus: j'ai enfin trouvé l'outil efficace pour maîtriser ma respiration capricieuse.

Le principe général:

  • Respirer en cadence avec l'application, entre 5 et 7 respirations/minute.
  • Focaliser sa respiration sur le coeur.
  • Répéter 3 fois/jour et maintenir un score minimum de 50-60% de cohérence cardiaque.
  • Monter d'un niveau lorsqu'un minimum de 90% est maintenu pendant 3 séances consécutives; il y a 4 niveaux, chaque fois plus contraignants dans la mesure de cohérence. 

J'ai adapté à mes besoins personnel en considérant mes 20 minutes de méditation comme un exercice de cohérence cardiaque. Soit je le compte dans les 3 séances obligatoires, soit je l'ajoute, selon mon emploi du temps. Qu'est-ce que ça donne?

Fréquence:

  • Je tiens 3-4 séances par jour sans problème. Respirer à fond pendant 5 minutes est beaucoup plus satisfaisant et utile que procrastiner sur internet et se remplir le crâne de choses inutiles, de désirs envahissants et de projets morts-nés. J'ai réellement envie d'entamer mes séances.
Niveau:

  • Je me suis donné comme règle de passage de niveau d'avoir 3 séances consécutives (dont 1 longue méditation) à 90%+ de cohérence cardiaque. Passer les 2 premiers niveaux était enfantin. Au 3ème, je suis à la peine avec des résultats fluctuants de 40% à 90%. C'est ici que le véritable travail commence.

Impressions:

  • Il est inutile d'espérer des hauts scores juste après avoir mangé, le travail du tube digestif parasite tout.
  • La posture a de l'importance. Une poitrine ouverte favorise une bonne cohérence, surtout si on fait passer la respiration par le dos (soulèvement sensible des côtes et des omoplates) et en jouant sur le diaphragme (mouvement sensible dans le ventre).
  • Jouer sur la pomme d'Adam, l'abaisser et ouvrir la trachée, est bénéfique.
  • Lorsque la cohérence baisse, il est tentant d'inspirer un bon coup et d'hyperventiler une minutes. Mauvaise idée, ça fracasse plus encore. Il faut plutôt maintenir le rythme lent et se focaliser sur l'expiration. C'est aussi contre-intuitif qu'efficace.
  • La cohérence fonctionne par cercles vicieux ou vertueux. Plus ça va, mieux ça va. Quand ça commence à descendre, c'est la cata à rattraper.
  • Quand la cohérence est maintenue plus d'une minute, il ne faut surtout pas se relâcher et ne même pas y penser, sinon, c'est la chute assurée.
  • Il est très difficile de maintenir un rythme régulier sans regarder la lente pulsation régulière affichée à l'écran. Mes séances de méditation pratiquées les yeux fermés en souffrent beaucoup point de vue du score, mais gagnent en concentration dont je devrais récolter les bénéfices sur la longueur.
Une séance difficile. Notez la difficulté pour faire remonter la cohérence une fois qu'elle commence à descendre.
Une séance maîtrisée. Notez la partie vertueuse.

24 janvier 2014

Time after time, Alfred Hitchcock, Roger Corman's Fantastic 4, Zardoz et toutes ces sortes de choses


Glânés au fil de mes errances sur le web, quelques réminiscences de mes amours cinématographiques.

Zardoz
Trouvé sur le blog Space1970, un article qui rassemble les affiches internationales de Zardoz, chef-d'oeuvre du bizarre SF des années '70 et showcase du plus beau velu incontesté de la planète. Lorsque celle que j'aime insiste trop pour que je laisse pousser mes poils, je la menace de revêtir le même mankini rouge que Sir Sean.



Time after Time
HG Wells pourchassant Jack l'Eventreur dans le San-Francisco de 1979 grâce à la machine à remonter le temps. Voilà le postulat formidable d'un des films préférés de mon enfance. Il m'arrive encore de rêver à la séquence du voyage dans le temps portée par la musique emphatique de Miklos Rosza. En revoyant la bande-annonce, j'ai l'impression que Time After Time a contribué à façonner deux facettes de ma personnalité tiraillée entre la maladresse de Wells et l'assurance cynique de l'Eventreur. David Warner en Jack était particulièrement glaçant. A l'époque, bien avant son apparition monolithique dans Titanic, sa présence suffisait pour donner le ton d'un film. David Warner était un genre à lui tout seul.



Alfred Hitchcock parle de The Birds
Hitch aimait à se donner des airs de gugusse, mais avait une vision très noire et distanciée du monde qu'il distillait tout en flegme et en understatement britannique au fil des interviews.


Roger Corman's Fantastic 4
C'était le temps où les droits d'adaptation Marvel étaient encore distribués comme des bonbons à qui voulaient les prendre. En 1994, Roger Corman produit une adaptation des Fantastic 4 avec un budget rikiki et beaucoup d'esbrouffe. Ca donne un nanar tellement mauvais qu'il est excellent, entouré encore aujourd'hui d'un culte persistant. 0n vient même de produire un documentaire sur sa fabrication môdite. Et oui: ce chef-d'oeuvre a bien failli ne jamais voir le jour.


D'ailleurs, pour ceux qui ne l'auraient point vu voici le film complet.

19 janvier 2014

The Man in the Iron Mask


J'ai lentement relancé la machine à dessin et je m'efforce de ne pas la bloquer par excès de zèle. Je travaille à l'instinct. Je ne cherche pas à imposer des personnages et une narration: une image me plait, je la dessine, c'est tout.

La page Facebook Decaying Hollywood Mansions m'apporte beaucoup d'inspiration en publiant des images-choc d'une période que j'adore: Hollywood 1935-1955. Récemment est parue une série sur The Man in the Iron Mask, film réalisé en 1939 par James Whale, le créateur du Frankenstein de référence.

Je ne fais que du pur encrage, alors qu'au fond de moi, je voudrais combiner avec de l'aquarelle. Je ne sais pas quelle est cette trouille qui m'empêche de prendre un pinceau et de mouiller un bon coup ma page. C'est un des points où je ne parviens pas à lâcher prise alors que je sais que je dois.

Je n'ai jamais vu le film. Il a l'air totalement inepte, mais j'aime sa tonalité et la patine des images: un 17ème siècle farfelu et flamboyant, de la décadence et un peu de macabre. Le masque n'est pas sans rappeler les monstres précédents de Whale: la Créature de Frankenstein, l'Homme Invisible. Et Whale semble ne pas pouvoir s'empêcher de glisser un peu de joyeuse cruauté dans un sujet qui n'en demandait pas tant.



La torture représentée en 1939



James Whale sur l'imdb - voir aussi Gods and Monsters, excellent biopic qui lie son art à son homosexualité "monstrueuse" pour l'époque.

16 janvier 2014

Heartmath et la cohérence cardiaque

Le première fois où j'ai croisé le terme de cohérence cardiaque, c'était vers 2004. Gravement dépressif sans autre perspective qu'un traitement médicamenteux dont je savais qu'il m'enverrait au fond du trou pour des mois, j'ai choisi la voie alternative. Je n'avais aucune certitude quant au succès, mais quitte à ce que ça se passe mal, autant que ce soit selon mes conditions.

J'ai acheté le livre Guérir le stress, l'anxiété et la dépression : Sans médicaments ni psychanalyse. 6 outils étaient proposés pour vaincre la dépression. J'ai choisi l'EMDR - qui s'est révélé très efficace - et j'ai sauté la cohérence cardiaque simplement parce qu'à l'époque, mes recherches sur Internet ne m'avaient pas renvoyé de praticien ou d'outil disponible en Belgique.

J'ai recroisé la cohérence cardiaque fin 2013 en lisant Chute Libre: carnet du gouffre. Cette fois-ci, il y avait une référence (le nom de Heartmath apparait au détour d'une case) qui m'a mené à ce dont j'avais besoin: un capteur et une application mobile.

D'abord, la cohérence cardiaque qu'est-ce que c'est?
La notion de cohérence cardiaque rend compte d’un système de régulation réciproque entre le cœur et les structures cérébrales. Les personnes en cohérence cardiaque gèrent mieux le stress, sont plus efficientes, ont tendance à mieux réguler les tensions relationnelles. Cette régulation peut s’apprendre de manière volontaire par l’intermédiaire d’une pratique utilisant un logiciel de biofeedback.  (définition trouvée ici et légèrement trafiquée).
Heartmath.com (qui a aussi des plateformes de vente en France et au Benelux) vend un bitoniau un capteur à pincer sur le lobe de l'oreille connectable à un ordinateur ou à un appareil mobile (n'existe que qu'en iOS pour le moment) et des applications pour exercer et mesurer  la cohérence cardiaque.

Bien que le prix soit EFFRAYANT (118€), je l'ai immédiatement acheté, sentant que je tenais l'outil manquant pour gérer les pics de stress impromptus. J'ai très bien fait.

Jusqu'à présent je l'ai utilisé efficacement pour deux choses:

  • Améliorer mes 20 minutes de méditation journalière. En complément de l'appli Headspace (dont j'avais déjà parlé ici) qui pilote ce qui se passe dans ma tête, j'utilise Inner Balance et le bitoniau pour contrôler ma respiration qui a toujours tendance à vite partir en vrille. La différence de résultat est incroyable et indescriptible. J'ai l'impression de planer tout en m'ancrant dans le sol. L'effet stabilisateur est puissant et durable.

(oui, j'utilise deux appareils pour méditer)

  • Contrôler les micro-attaques de stress au moment où elles arrivent - genre souvent pour un freelance débutant comme moi.

    Par exemple, voici un graphique enregistré lors d'une conversation téléphonique stressée avec un opérateur Electrabel. Notez le joli plongeon de cohérence qui correspond à la gestion d'une mauvaise nouvelle, rattrapée par une respiration profonde et consciente (qui m'a vraisemblablement donné la même présence sonore que Darth Vader).



Si le prix ne vous rebute pas (gizmodo l'a été tout en trouvant le concept formidable), je vous recommande vraiment l'expérience. Si votre portefeuille est vide mais vous êtes suivi par un psychologue, tordez lui le bras jusqu'à ce qu'il s'équipe d'un appareil.

13 janvier 2014

Geekography #NSFW


Découvert via Violet Blue, le travail d'Exey Panteleev, développeur et photographe qui réunit ses passions dans un projet rigolo. Geekography, c'est de la culture geek, du code pur et dur et des femmes à poil déclinés en photo.

Régulièrement, Exey crée des animations avec ses photos et ses backstages.

Ca donne des envies furieuses de jouer avec son smartphone et de coder comme un malade. Comment résister... Ses CSS sont absolument magnifiques.


Exey Panteleev: site officiel - Flickr - Vimeo

9 janvier 2014

Chute libre: carnets du gouffre

Mademoiselle Caroline a tout d'une vie de rêve. Un boulot de graphiste bien alimenté, un mari barbu fort et attentionné, des enfants et elle vit dans une des plus belles régions du monde: les Alpes. Et puis un jour tout bascule. Sans raison apparente, la dépression s'installe sans qu'aucune thérapie ou médicament parvienne à la chasser efficacement.

Mademoiselle Caroline raconte ses années de noirceur dans Chute libre - Carnets du gouffre, une superbe BD sur la dépression et les moyens de s'en sortir.

La dépression est un de mes sujets de prédilection: je me suis débattu contre elle pendant des années. Son récit - qui combine simplicité graphique et pertinence narrative - m'a renvoyé à mon histoire personnelle avec ses événements similaires: la thérapie qui ne résout rien, les médicaments, la chute soudaine et inexplicable dans l'angoisse, l'impossibilité d'apprécier son propre bonheur, et surtout la joie de tomber sur le bon thérapeute et le bon traitement.

Je recommande vraiment cette BD et pas seulement pour ses qualités graphiques: c'est une mine d'informations sur les outils efficaces de lutte contre la dépression. J'y ai notamment découvert la mesure de la cohérence cardiaque et les services proposés par HeartMath. Je vous en parlerai plus en détail dans un post suivant.

7 janvier 2014

Le titre le plus long du monde, Alien, Jess Franco

Le titre le plus long du monde
... est aussi probablement le plus con. Et donc Night of the Day of the Dawn of the Son of the Bride of the Return of the Revenge of the Terror of the Attack of the Evil, Mutant, Hellbound, Flesh-Eating Subhumanoid Zombified Living Dead, Part 3 serait en fait The Brain that wouldn't die, mais avec une autre bande-son. Pourquoi s'embarrasser d'une nouvelle bande-son, l'originale est déjà assezOldieOl bien tarte comme ça.



Jess Franco, belles et érotiques inepties
Jess Franco a toujours ses supporters dont je ne fais pas partie. Car même s'il a exploré l'interdit des années '60 et '70 à travers son mélange d'érotisme et d'horreur - ce qui devrait me plaire à priori - j'ai toujours trouvés ses films ineptes et sa dramaturgie risible. A part peut-être quelques fulgurances notoires dont on retrouve 5 minutes compilées ici. Sur 199 films, c'est peu, mais ça en vaut la peine.


Alien, le making of 
Oldie but goodie. C'était le temps où on faisait les chef-d'oeuvre à la main. Maintenant, Ridley Scott fait des produits usinés à l'ordinateur, ça a tout de suite moins de charme. Le making of laisse une grande place au scénariste-producteur Dan O'Bannon. Oui, c'était aussi le temps oublié où il y avait un scénariste à bord, un seul, qui savait raconter une histoire, tenir ses personnages et tout. Non, ceci n'est pas une attaque contre  Prometheus.



6 janvier 2014

2014: l'année de la transformation

2013 s'achève sur une satisfaction. J'ai atteint, maintenu et même dépassé mon objectif-santé énoncé en juin. Passer de 95 à 87 kilos et les maintenir. Je n'avais pas parlé de mon objectif supplémentaire: faire baisser mon taux de graisse de façon significative venant de 30%.

J'ai fini l'année avec 84 kilos stables et 23% de graisse - après deux réveillons dont un à la choucroute. J'ai gagné en force, en souplesse et en bien-être. Je suis dans d'excellentes dispositions pour l'objectif de 2014: reprendre du poids (entre 87 et 89 kilos) mais avec un taux de graisse de 10%.

Concrètement: j'ai l'intention peut-être un peu dingue de transformer radicalement mon corps, de diminuer la masse graisseuse et de tout transformer en muscle.

Mes lectures (comme Men's Health) donnent cet objectif atteignable en 3 mois moyennant un entrainement intensif et un régime approprié. Mais je ne me leurre pas trop: dès demain, je dois combiner mon activité sportive avec une recherche active d'emploi et des missions potentiellement chronophages qui flanqueront par terre immédiatement tout planning un peu chargé.  De plus, je m'efforce de m'aligner sur le végétarisme naissant de celle que j'aime, ce qui exclut la prise massive de protéine animale.

Je m'accorde donc un an pour réussir.

Une grande question demeure: vais-je succomber à la tentation du #selfie régulier sur Instagram pour montrer les progrès?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...